attarder

attarder

attarder [ atarde ] v. tr. <conjug. : 1>
XIIe; de 1. a- et tard
1 ♦ S'ATTARDER v. pron. Se mettre en retard. se retarder. Il faut rentrer avant la nuit, ne nous attardons pas. S'attarder quelque part, chez qqn, y rester plus que prévu. ⇒ demeurer, rester. S'attarder en chemin. flâner, lambiner, traîner. « On s'attardait à boire, à discuter, à fumer » ( A. Daudet).
2Rester en arrière. Il s'est attardé derrière le groupe.
(Abstrait) Ne pas avancer, ne pas progresser normalement. S'attarder sur un sujet. s'appesantir, s'arrêter, s'étendre, insister. S'attarder à des détails insignifiants. « Une des grandes règles de l'art : ne pas s'attarder » (A. Gide). S'attarder sur une note (cf. Note tenue, point d'orgue).
3( XIIIe) Rare ATTARDER QQN, le mettre en retard. ⇒ retarder.
⊗ CONTR. Avancer, dépêcher (se).

attarder verbe transitif Mettre en retard quelqu'un ; retarder. ● attarder (synonymes) verbe transitif Mettre en retard quelqu'un ; retarder.
Synonymes :

attarder (s')
v. pr.
d1./d Se mettre en retard. La tornade approche, ne nous attardons pas.
d2./d Rester plus longtemps qu'il ne faudrait. S'attarder chez des amis.

⇒ATTARDER, verbe trans.
I.— Emploi trans.
A.— Mettre en retard, faire prendre plus de temps qu'il est habituel ou normal. Attarder qqn :
1. Je reviens à Hérodiade, je la rêve si parfaite que je ne sais seulement si elle existera jamais. Et puis, il faut dire que ce commencement qui m'attarde est le plus difficile de l'œuvre.
MALLARMÉ, Correspondance, 1866, p. 213.
2. Les trois corps de la deuxième armée étaient là, on racontait que le rendez-vous, donné à l'armée de la Loire, était pour le lendemain, à Fontainebleau. Puis, tout de suite, ce furent les malechances, les fautes habituelles, une crue subite qui empêcha de jeter les ponts de bateaux, des ordres fâcheux qui attardèrent les mouvements.
ZOLA, La Débâcle, 1892, p. 574.
B.— Au fig. Retarder quelqu'un, en particulier un enfant, dans son évolution et les progrès de son intelligence :
3. Il y a, chez beaucoup de parents, un besoin de maintenir l'enfant dans une longue enfance, de l'attarder en l'amusant.
COLETTE, La Jumelle noire, 1938, p. 142.
II.— Emploi pronom.
A.— Au propre. [En parlant d'une pers. ou d'un animal] S'attarder, emploi abs. Se mettre en retard, prendre son temps au-delà du délai prévu ou du délai normal, de l'heure habituelle :
4. Il était trois ou quatre heures du matin. Nous nous étions comme oubliés dans un petit salon, où quelques joueurs obstinés s'attardaient encore.
FROMENTIN, Dominique, 1863, p. 178.
5. Mon compagnon avait dû s'attarder en chemin.
ALAIN-FOURNIER, Le Grand Meaulnes, 1913, p. 33.
P. anal. [En parlant d'un phénomène naturel] :
6. Le crépuscule s'attardait, ce crépuscule interminable des jours d'été, mystérieuse lueur qu'on dirait sortie de la terre.
MOSELLY, Terres lorraines, 1907, p. 175.
Rem. S'attarder est parfois synon. de flâner (ex. 7), de (fam.) ,,lambiner`` (DUB.) :
7. ... le cerf, revenant du gagnage, emprunte la même et longue coulée, où il s'attarde et flâne avec un plaisir certain avant de prendre son repos habituel.
F. VIDRON, La Chasse en plaine et au bois, 1945, p. 95.
Spéc. Se trouver hors de chez soi à une heure avancée du jour, où à la tombée de la nuit :
8. On s'attarda, la nuit tombait, quand on reconduisit Mahoudeau, qui, décidément, voulait se mettre au lit.
ZOLA, L'Œuvre, 1886, p. 247.
9. L'heure venait pour la cousine de regagner Marsac, et la mère voulut lui faire un bout de conduite. « Ne t'attarde point trop, dit Grange, la nuit sera bientôt là. »
POURRAT, Gaspard des montagnes, Le Château des sept portes, 1922, p. 95.
B.— Au fig.
1. S'attarder dans, s'attarder sur. Prendre du retard, généralement avec complaisance, dans une entreprise :
10. L'ingénuité ne peut s'attarder dans l'âge mûr [de l'art]; si elle se prolonge trop, elle semble être de la débilité intellectuelle.
L. HOURTICQ, Hist. gén. de l'Art, La France, 1914, p. 131.
11. Sa situation vis-à-vis d'Édouard lui paraissait de jour en jour plus fausse. Ce dont elle souffrait surtout et qui, pour peu que s'y attardât sa pensée, lui devenait insupportable, c'était de vivre aux dépens de ce protecteur, ou mieux : de ne lui donner rien en échange; ...
GIDE, Les Faux-monnayeurs, 1925, p. 1076.
2. S'attarder à. [Suivi d'un subst. ou d'un inf.]
a) Se consacrer momentanément à une chose de préférence à d'autres, prendre son temps pour faire quelque chose :
12. ... il était rare que M. de La Hourmerie ne s'attardât pas à la besogne jusqu'à six et sept heures du soir.
COURTELINE, Messieurs les ronds-de-cuir, 1893, p. 89.
13. Toute l'après-midi, ils s'attardèrent au ménage, balayèrent, firent le lit. Lui-même avait voulu l'aider. C'était un jeu, ils s'amusaient comme des enfants rieurs.
ZOLA, Le Docteur Pascal, 1893, p. 173.
14. Elle s'attardait aux souvenirs d'enfance parce qu'elle ne pouvait souffler mot de souvenirs moins lointains qui l'obsédaient.
R. MARTIN DU GARD, Les Thibault, La Mort du père, 1929, p. 1319.
15. Le conteur ne dirige pas la suite des événements vers la conclusion, mais se perd en détails amusants. Un Indien des prairies s'attardera à décrire comment on abat un bison; un indigène de l'Afrique du Sud se plaira à des détails culinaires.
R.-H. LOWIE, Manuel d'anthropol. culturelle, 1936, p. 224.
b) Péj. Perdre, gaspiller son temps à..., s'arrêter trop longuement sur... S'attarder à des futilités, à de vains regrets (ROB.). Il s'attarde à des détails insignifiants (DUB.) :
16. Ce travail, aidé par une érudition que le P. Rapin lui-même jugeait prodigieuse, porte la marque de son esprit, élevé, puissant, mais chaotique, inégal, d'une justesse plus que douteuse, porté aux ingéniosités puériles. Du plus haut sublime il tombe dans la platitude. Ou bien il s'attarde à des subtilités compliquées, presque inintelligibles et que l'on devine ou très peu sûres ou tout à fait vaines.
BREMOND, Hist. littér. du sentiment relig., t. 4, 1920, p. 157.
17. Le charme de Massenet (1842-1912) durera longtemps parce qu'il y a d'abord dans sa musique une sensualité qui lui appartient en propre; mais autre chose, et plus rare : une concision qui la retient de s'attarder au détail inutile et qui est la qualité essentielle au théâtre.
R. DUMESNIL, Hist. illustrée du théâtre lyrique, 1953, p. 157.
18. Il s'asseyait, croisait les jambes sous la table, découvrant des fixe-chaussettes mauves : elle critiquait ce laisser-aller. Je ne comprenais pas qu'elle s'attardât à ces vétilles, ...
S. DE BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, p. 182.
PRONONC. : (s')attarder [], j(e m)'attarde [].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. Fin XIIe s. intrans. « tarder » (La Prise d'Orange, éd. C. Régnier, 1436 : (Si me diras le palasin Bertran Qu'il me secore, ne voist ja atardant), seulement en a. fr.; 2. 1170-71 pronom. « se mettre en retard » (CHR. DE TROYES, Cligès, éd. Förster, 4685 : Et cil leissent chevaus aler, Que plus ne se vont atardant, Car mout sont angrés et ardant De l'asanbler et de la joste), seulement en a. fr.); signalé dans La Fontaine par BOISTE 1829 au sens de « se mettre tard en route », fam.; repris au XIXe s. : 1801 (MERCIER, Néologie ds Dict. hist. Ac. fr. : Se livrer trop aux plaisirs dans la jeunesse, c'est S'attarder dans le chemin de la gloire); 3. XIIIe s. trans. « retarder » (Lais et descorts XIIIe s., éd. A. Jeanroy, Brandin et Aubry, XXI, 19 ds T.-L. : Doce amie, car te preng garde Kex la cose est ki tant m'atarde), attest. isolée; repris au XIXe s. : 1829, BOISTE.
Dér. de tard (préf. a-1; dés. -er) ou de tarder, qui a éliminé le plus ancien atargier (ca 1100 Chanson de Roland).
STAT. — Fréq. abs. littér. :945. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 74, b) 523; XXe s. : a) 2 339, b) 2 084.

attarder [ataʀde] v. tr.
ÉTYM. Fin XIIe, atarder; de 1. a-, tard, et -er, ou de tarder.
1 Mettre en retard. || Attarder qqn. || Une panne nous a attardés. Retarder.
2 Fig. Retarder les progrès, le développement intellectuel de qqn. || Attarder un enfant en le traitant comme un bébé.
——————
s'attarder v. pron.
(Plus cour.).
1 Se mettre en retard, se trouver (dans un lieu inhabituel) à une heure avancée de la nuit. Anuiter (s'), retarder (se). || Il faut rentrer avant la nuit, ne nous attardons pas. || Elle s'était attardée sur cette route dangereuse.
Par ext. Demeurer quelque part au delà du temps prévu, de l'heure habituelle. Demeurer, dépasser (l'heure), prolonger, rester. || S'attarder dans une maison, chez qqn. || S'attarder en chemin. Amuser (s'), flâner, lambiner, muser, traîner. || S'attarder à qqch., à faire qqch.
1 On s'attardait (…) à boire, à discuter, à fumer.
Alphonse Daudet, Jack, t. I, p. 256.
2 Il était constamment dehors, et s'attardait beaucoup, les soirs, à des équipées d'amour.
Loti, Matelot, IV.
3 Il était rare que M. de la Hourmerie ne s'attardât pas à la besogne jusqu'à six et sept heures du soir.
Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, III, I.
3.1 Le soldat a terminé son pain et son vin. Il n'a plus aucune raison de s'attarder dans cette demeure, malgré son désir de profiter encore un instant de cette chaleur relative, de cette chaise inconfortable et de cette présence circonspecte qui lui fait face.
A. Robbe-Grillet, Dans le labyrinthe, p. 72.
2 Se mettre en retard, rester en arrière. || Il s'est attardé derrière le groupe.
3 (Abstrait). Perdre son temps à (en général avec complaisance). || S'attarder à des futilités, à de vains regrets. || S'attarder dans les arguties (→ cit. 1).Ne pas avancer, ne pas progresser normalement. || S'attarder sur un sujet. Appesantir (s'), arrêter (s'), étendre (s'étendre sur).
4 Toutefois, il convient que la raison entreprenne sur le sentiment. Il ne faut pas s'attarder aux vains regrets du passé ni se plaindre des changements qui nous importunent puisque le changement est la condition même de la vie.
France, M. Bergeret à Paris, p. 303.
5 Une des grandes règles de l'art : ne pas s'attarder.
Gide, Journal 1889-1939, 8 févr. 1927.
4 Fig. Rester en arrière de son temps, de l'évolution, du progrès. → ci-dessous, Attardé.
——————
attardé, ée p. p. adj. et n.
A Adj.
1 Qui est en retard; qui est dehors à une heure avancée. || Quelques passants attardés se hâtent.
6 (…) Le voyageur attardé sur la plage,
Sentant passer la mort, se recommande à Dieu.
A. de Musset, Nuit de mai.
7 Le rossignol attardé prolonge son chant de nuit jusque dans l'aurore.
Hugo, l'Homme qui rit, II, II, 7.
2 Fig. Qui est d'un autre âge, appartient au temps passé, semble lui survivre. Persistance, prolongement, survivance, survivant.
8 Il (le Sultan rouge) était un souverain d'autrefois, une grande figure du passé attardée dans notre XXe siècle (…)
Loti, Suprêmes visions d'Orient, p. 135.
9 Car à la faveur du sommeil, il redevenait faible, chimérique, attardé dans les rets d'une interminable et douce adolescence.
Colette, la Chatte, p. 22.
3 Qui reste en arrière du progrès. || Conceptions attardées. Désuet, périmé, retardataire, suranné.
10 Poètes, par nos chants, penseurs, par nos idées,
Hâtons vers la raison les âmes attardées.
Hugo, les Voix intérieures, 2.
4 Qui est en retard dans sa croissance, son développement, son évolution. || Un enfant attardé. Arriéré. || Il est un peu attardé.
Par ext. Qui dure plus longtemps que la normale (en parlant du stade d'une évolution).
11 Du désespoir de ce lévite, à peine sorti d'une adolescence attardée, elle n'avait jamais très bien compris les raisons secrètes.
F. Mauriac, le Sagouin, I.
B N. || Un attardé, une attardée.
1 Personne qui est en retard, ou qui se trouve hors de chez elle à une heure avancée. || Quelques attardés erraient encore dans la rue.
2 Personne qui est en retard dans son développement intellectuel. Arriéré, demeuré.
12 (…) il n'est pas exclu qu'il fût au contraire un attardé, un demeuré, un installé à demeure dans l'enfance, né au collège et condamné à y rester.
M. Tournier, le Roi des Aulnes, p. 27.
Personne qui est en retard sur son temps.
13 Au temps de la révolution sexuelle et de l'érotisme galopant, des happenings et de la nudité sur scène, allait-on se scandaliser de telle ou telle conduite amoureuse ? Non ! Libéralisme. Tolérance. Il se félicita de n'avoir pas frappé le jeune homme. C'eût été là un geste stupide, qui l'aurait catalogué irrémédiablement comme un attardé, un minus rétrograde… Il fallait être de son époque.
Jean-Louis Curtis, le Roseau pensant, p. 200.
CONTR. Avance (en), avancer, progresser. — Dépêcher (se).V. aussi Tôt (finir, partir, rentrer…). — Précoce. — Moderne.
DÉR. Attardement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Нужна курсовая?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ATTARDER — v. tr. Mettre en retard. Il s’emploie surtout pronominalement. Ne vous attardez pas trop à cet ouvrage. Il est dangereux de s’attarder sur cette route, d’y être à une heure trop avancée. Il s’était attardé …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • attarder — (a tar dé) v. a. 1°   Mettre en retard. 2°   S attarder, v. réfl. Se mettre en retard.    Se trouver hors de chez soi à une heure avancée du soir ou de la nuit. HISTORIQUE    XIe s. •   Mais Blancandrins qui envers lui s atarge, Ch. de Rol. XXVII …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • attarder — (S ), vp. S ATARDÂ (Albanais.001B, Table, Thônes, Villards Thônes) ; trénâ <traîner> (001A) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • s'attarder — ● s attarder verbe pronominal Se mettre en retard : La nuit tombe, ne nous attardons pas. Rester quelque part plus longtemps que prévu : S attarder chez des amis. Rester longuement à faire quelque chose, ou perdre, gaspiller son temps sur quelque …   Encyclopédie Universelle

  • traîner — [ trene ] v. <conjug. : 1> • traïnerXIIe; lat. pop. °traginare, de °tragere → traire I ♦ V. tr. 1 ♦ Tirer après soi (un véhicule ou un objet quelconque). Le fardier « que cinq vigoureux chevaux avaient de la peine à traîner » (Zola). ♢… …   Encyclopédie Universelle

  • attardement — ⇒ATTARDEMENT, subst. masc. Rare. Action d attarder ou de s attarder; résultat de cette action : • 1. ... Richard aurait dû trembler de certains regards qu elle [Lydie] envoyait à cette lueur de volcan, pendant ses attardements rêveurs à la… …   Encyclopédie Universelle

  • demeure — [ d(ə)mɶr ] n. f. • XIIe; de demeurer I ♦ Vx ou loc. 1 ♦ Vx Le fait de demeurer, de tarder. ⇒ délai, retard. « Voyons donc ce que c est, sans plus longue demeure » (P. Corneille). ♢ Mod. Loc. Il y a PÉRIL EN LA DEMEUR …   Encyclopédie Universelle

  • demeuré — demeure [ d(ə)mɶr ] n. f. • XIIe; de demeurer I ♦ Vx ou loc. 1 ♦ Vx Le fait de demeurer, de tarder. ⇒ délai, retard. « Voyons donc ce que c est, sans plus longue demeure » (P. Corneille). ♢ Mod. Loc …   Encyclopédie Universelle

  • passer — [ pase ] v. <conjug. : 1> • 1050; lat. pop. °passare, de passus « 1. pas » I ♦ V. intr. (auxil. avoir ou être; être est devenu plus cour.) A ♦ Se déplacer d un mouvement continu (par rapport à un lieu fixe, à un observateur). 1 ♦ Être… …   Encyclopédie Universelle

  • retarder — [ r(ə)tarde ] v. <conjug. : 1> • 1175 « tarder à, hésiter »; lat. retardare, de tardus « tard » I ♦ V. tr. 1 ♦ (XIVe) Faire arriver plus tard qu il ne faut, après le moment fixé ou attendu. Deux mots seulement, je ne veux pas vous retarder …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”